Mouvement pour une Nouvelle Humanité  Accueil Politique Société Cultures Spiritualité Statuts Charte Internet
Recevez gratuitement le bulletin du M.N.H

  
Le Lobby Israélien et la politique étrangère américaine (part 1)
Soutiens économique, diplomatique et militaire sans limite




Depuis ces dernières décennies, et en particulier depuis la Guerre des Six Jours en 1967, la pièce maîtresse de la politique Moyenne-Orientale des Etats-Unis a été sa relation avec Israël. La combinaison du soutien constant à Israël et de l'effort lié pour répandre la ‘démocratie’ dans toute la région a enflammé l'opinion Arabe et Islamique et a compromis non seulement la sécurité des Etats-Unis mais celle d'une grande partie du reste du monde.
Cette situation n'a pas d'égal dans l'histoire politique américaine.
Pourquoi les Etats-Unis ont-ils été prêts à mettre de côté leur propre sécurité et celle de plusieurs de leurs alliés pour soutenir les intérêts d'un autre Etat?


On pourrait supposer que la relation entre les deux pays était basée sur des intérêts stratégiques communs ou des impératifs moraux irrésistibles, mais aucune de ces interprétations ne peut expliquer le niveau remarquable du soutien matériel et diplomatique que fournissent les Etats-Unis.

Au lieu de cela, l'impulsion de la politique des Etats-Unis dans la région dérive presque entièrement de la politique domestique, et en particulier des activités du 'Lobby Israélien'.

D'autres groupes avec des intérêts particuliers sont parvenus à biaiser la politique étrangère, mais aucun lobby n'est parvenu à la détourner aussi loin de ce que l'intérêt national pourrait suggérer, tout en convainquant simultanément les Américains que les intérêts des Etats-Unis et ceux de l'autre pays - dans ce cas-ci, Israel - sont essentiellement identiques.

Depuis la Guerre d'Octobre 1973, Washington a fourni à Israel un soutien en diminuant celui qui était donné aux autres états. Israel a été le plus grand bénéficiaire de l'aide économique directe et de l'assistance militaire annuelles depuis 1976, et est au total le plus grand bénéficiaire depuis la Seconde Guerre Mondiale, pour un montant de plus de 140 milliards de dollars (en 2004).

Israel reçoit environ 3 milliards de dollars par an en aide directe, soit environ un cinquième du budget de l'aide étrangère, et une somme d'environ 500 dollars par an par Israélien.

Cette largesse heurte particulièrement depuis qu'Israel est maintenant un Etat industriel riche avec un revenu par personne à peu près égal à celui de la Corée du Sud ou de l'Espagne.


D'autres bénéficiaires obtiennent leur argent par des acomptes trimestriels, mais Israel reçoit la totalité de sa dotation au début de chaque exercice budgétaire et peut donc empocher dessus des intérêts.

La plupart des bénéficiaires de l'aide attribuée à des fins militaires doivent la dépenser en totalité aux Etats-Unis, mais Israel est autorisé à utiliser environ 25% de son attribution pour subventionner sa propre industrie de la défense.

C'est le seul bénéficiaire qui n'a pas à expliquer comment l'aide est dépensée, ce qui rend pratiquement impossible d'empêcher l'argent d'être utilisé pour des besoins auxquels les Etats-Unis s'opposent, comme la construction de colonies en Cisjordanie.

D'ailleurs, les Etats-Unis ont fourni à Israel presque 3 milliards de dollars pour développer des systèmes d'armements, et lui ont donné l'accès des armements top niveau comme les hélicoptères Blackhawk et les jets F-16.

En conclusion, les Etats-Unis donnent à Israel l'accès aux renseignements qu'ils refusent à ses alliés de l'OTAN et ferment les yeux sur l'acquisition par Israel d'armes nucléaires.


Washington fournit également à Israel un soutien diplomatique constant.

Depuis 1982, les Etats-Unis ont mis leur véto à 32 résolutions du Conseil de sécurité critiquant Israel, soit plus que l'ensemble des vetos formulés par tous les autres membres du Conseil de sécurité.

Il bloque les efforts des Etats Arabes pour mettre l'arsenal nucléaire israélien sur l'agenda de l'AIEA. Les Etats-Unis viennent à la rescousse en temps de guerre et prennent le parti d'Israel dans les négociations de paix.

L'Administration Nixon l'a protégé contre la menace d'une intervention soviétique et l'a réapprovisionné pendant la guerre d'Octobre.

Washington s'est profondément impliqué dans les négociations qui ont mis fin à cette guerre, comme pendant toute la durée du processus 'étape-par-étape' qui a suivi, tout comme il a joué un rôle clé dans les négociations qui ont précédé et suivi les Accords d'Oslo de 1993.

Dans chaque cas, il y avait des frictions occasionnelles entre les responsables américains et israéliens, mais les Etats-Unis ont uniformément soutenu la position israélienne.
Un participant américain à Camp David en 2000 a dit ensuite : 'Beaucoup trop souvent, nous agissions . . . en tant qu'avocat d'Israel.'

En conclusion, l'ambition de l'Administration Bush de transformer le Moyen-Orient a au moins en partie pour but l'amélioration de la situation stratégique d'Israel.


Cette générosité extraordinaire pourrait être compréhensible si Israel possédait des atouts stratégiques vitaux ou s'il y avait une raison morale irrésistible pour un soutien américain. Mais aucune de ces explications ne convainc.

On pourrait arguer du fait qu'Israel était un atout pendant la guerre froide.

En servant de représentant de l'Amérique après 1967, il a aidé à contenir l'expansion soviétique dans la région et a infligé des défaites humiliantes aux clients de l'Union Soviétique comme l'Egypte et la Syrie.

Il a de temps en temps aidé à protéger d'autres alliés des Etats-Unis (comme le Roi Hussein de Jordanie) et ses prouesses militaires ont forcé Moscou à dépenser plus pour soutenir ses propres Etats-clients.
Il a également fourni des renseignements utiles sur les capacités soviétiques.


Le soutien à Israel ne fut pas bon marché, cependant, il a compliqué les relations de l'Amérique avec le monde Arabe.

Par exemple, la décision de donner 2,2 milliards de dollars en aide militaire d'urgence pendant la Guerre d'Octobre a déclenché un embargo sur le pétrole de l'OPEP qui a infligé des dégâts considérables sur les économies occidentales.

Pour tout cela, les forces armées israéliennes n'étaient pas en mesure de protéger les intérêts américains dans la région.

Les Etats-Unis n'ont pas pu, par exemple, compter sur Israel quand la révolution iranienne en 1979 soulevait des inquiétudes au sujet de la sécurité des approvisionnements en pétrole, et ils ont dû créer leur propre Force de Déploiement Rapide.









Copyright © M.N.H .Tous droits réservés.

Publié le: 2006-03-28

[ Retour ]
Content ©

©2005 - Mouvement pour une Nouvelle Humanité   Accueil Politique Société Cultures Spiritualité Statuts Charte Internet
Les documents publiés sur ce site sont soumis aux droits d'auteur. Leur utilisation sans l'accord des auteurs est interdite.
MNH - Siège social : 26 allée Georges Récipon 75019 Paris, France
Tél : +33 (0) 6 13 18 64 86



Site motorisé par PHP-Nuke.