Mouvement pour une Nouvelle Humanité  Accueil Politique Société Cultures Spiritualité Statuts Charte Internet
Recevez gratuitement le bulletin du M.N.H

  
France: La dernière imposture de Jacques Chirac, «ami de l’Afrique»
Edité le 19 février 2007


Jacques Chirac aka super menteurOu pense-t-il que les «Français sont des veaux», selon l’expression du général Charles De Gaulle ?

En tout cas, dans un livre-entretien de fin de mandat réalisé avec le journaliste Pierre Péan, titré « L’Inconnu de l’Elysée », le président français tente de se poser en avocat de l’Afrique libre.
Il n’hésite pas à insulter des faits connus de tous ceux qui ont un peu de culture – ce qui revient à injurier ses compatriotes, qu’il tient pour des demeurés.

Jacques Chirac explique qu’il a été un fervent soutien de l’ANC – « à l’insu de tous », relève tout de même le journaliste Perre Péan.
«J'ai été militant de l'ANC de Mandela depuis la fin des années 60, le début des années 70. J'ai été approché par Hassan II, le roi du Maroc, pour aider au financement de l'ANC», raconte Jacques Chirac.
«Qui pourrait confirmer votre engagement ?», demande Pierre Péan.
«Mandela», réplique le locataire de l’Elysée.
«Il était en prison. Qui d’autre ?», insiste le journaliste.
«Probablement Desmond Tutu», ajoute, pince-sans-rire, Jacques Chirac.
L’ancien archevêque du Cap porteur de valises ? Pourquoi pas ?

Jacques Chirac nous raconte que Hassan II était son vis-à-vis dans ce soutien.
«Il a soutenu l'ANC dès le départ. Le souverain, qui avait une fortune personnelle importante, versait de l'argent à l'ANC (...) Il avait constitué un réseau de gens qui aidaient au financement de l'ANC. Il m'avait choisi pour cela...», affirme M. Chirac, sans autres précisions.

Quand Chirac glorifiait Buthelezi

Le président français sait-il qu’il subsiste des traces de l’interview qu’il avait donnée à Jeune Afrique Economie au début des années 1990 et dans laquelle il citait, parmi ses amis africains, Mangosothu Buthelezi, leader de l’Inkhata Zulu, au milieu de dictateurs françafricains ?
Dans la même interview, il traitait l’ANC de parti tribal xhosa avec une virulence qui avait laissé ses interviewers perplexes.
De plus, Hassan II, l’ancien roi du Maroc (décédé et qui ne peut donc plus témoigner), a été plusieurs fois accusé par des dignitaires de l’ANC de soutenir l’apartheid.
Ainsi, en 1962, lors d’une tournée maghrébine, Nelson Mandela avait été reçu par Bourguiba (Tunisie) et Ahmed Ben Bella (Algérie), tandis qu’Hassan II le snobe et interdit à tout officiel de son pays de le recevoir.

Pendant l’apartheid, le Maroc achetait des armes sud-africaines.
Dès qu’il est arrivé au pouvoir, Mandela a en toute logique choisi le camp de l’allié algérien et du Polisario «progressiste» contre le Maroc hostile.
Jusqu’à présent, le Maroc et l’Afrique du Sud ont des relations notoirement mauvaises, qui influent d’ailleurs sur les relations entre le Maroc et la Côte d’Ivoire…

Hassan II, chef d’un réseau de financement de l’ANC ?

Il a bien caché son jeu !
On se souvient également que Jacques Chirac était Premier ministre lors de l’assassinat à Paris de Dulcie September, perpétré conjointement par les services secrets français et sud-africain du temps de l’apartheid !

L’homme de la Françafrique dénonce le pillage des matières premières du continent

Jacques Chirac, dans son dernier livre-entretien, fustige la colonisation et l’exploitation de l’Afrique.

«L'esclavage a toujours existé en Afrique au profit des Arabes et avec la complicité de chefs locaux. Puis est venue la traite, qui a duré quatre siècles. Cela a été un phénomène massif, perpétré également avec la complicité de chefs tribaux. On a pris les meilleurs on a pillé le sang des Africains», souligne M. Chirac.
«Et puis après on a dit que les Africains n'étaient bons à rien. Ensuite est survenue la deuxième calamité, les curés et les imams qui se sont rués sur les bois sacrés et ont détruit l'expression culturelle», poursuit-il.
La troisième «calamité internationale» a été celle des «antiquaires».

Evoquant les Africains, il assure qu'«après leur avoir volé leur culture, on leur a volé leurs ressources, leurs matières premières en se servant de leur main-d'oeuvre locale. On leur a tout piqué et on a répété qu'ils n'étaient bons à rien. Maintenant, c'est la dernière étape : on leur pique leurs intelligences en leur distribuant des bourses, et on persiste à dire de ceux qui restent: ces Nègres ne sont décidément bons à rien».

Imposture monumentale !

Jacques Chirac peut critiquer la traite négrière, il n’était pas là.
En revanche, il fait partie de ceux qui ont pillé l’expression culturelle des Africains.
L’on se souvient qu’il avait reçu, au début de son premier mandat, un masque malien volé.
L’on sait aussi que son musée des Arts premiers contient le fruit de nombreux pillages en Afrique.
Par ailleurs, Jacques Chirac est au cœur de tous les réseaux volant les ressources et les matières premières de l’Afrique, comme le démontrent d’excellents ouvrages tels que La «Françafrique» et «Noir silence de François-Xavier Verschave» et «Afrique : pillage à huis clos» de Xavier Harel ?

De qui se moque donc le futur ex-président français ?


Benjamin Silué
Courrier d'Abidjan

 
Lire aussi
· 

· Michel Collon: Kouchner est un minable imposteur

· Homosexualité : Un mal qui ronge la jeunesse

· Interview du ministre ivoirien Alcide DJEDJE : l'erreur de l'Occident à Abidjan

· PROCES A. FINKIELKRAUT : SUITE

Suite...

Donnez une note à cet article
Note actuelle: 5



Merci de prendre une seconde et noter cet article:

Excellent
Tres bon
Bon
Mauvais
Nul


Options

 Format imprimable Format imprimable


"Utilisateurs" |   | 2 commentaires | Recherchez la discussion
Les opinions exprimées dans ces colonnes sont celles des auteurs et ne réflètent pas nécessairement la ligne éditoriale de l'association MNH !

Re: La dernière imposture de Jacques Chirac, «ami de l’Afrique»
par Visiteur le 20 février 2007
"Le Chi" fut membre de l'ANC !
Faut-il en rire ou en pleurer ? Faut-il parler de ce non évènement ?
Mais comme les propos de Chirac ne sont pas anodins, surtout par sa position de chef du régime français, il nous appartient d'apporter la contradiction pour éviter d'induire les gens en erreur. Qu'il mente à sa population, pourquoi pas ! Il fut un temps où leurs dirigeants les traitaient de veaux.

Première contradiction :
Les statuts de l'ANC précisent que pour y adhérer, il faut être Sud-africain, epoux(se) ou enfant de sud-africain(e) et il faut signer un engagement pour servir la cause et les objectifs de l'ANC. Le Chi ne réponds pas ses conditions à notre connaissance.

Deuxième contradiction :
A supposer qu'il remplisse ses conditions, Chirac serait donc bi-national (puisqu'étant déjà Français) et aurait acquis cette nationalité au temps du régime d'apartheid, donc avec la bienveillance de ceux qui contrôlaient ce pays, les nazis et les sionistes. Par consequent il enfreindrait les statuts de l'ANC et la France serait dirigée depuis des décénies par un Sud-africain. Ce n'est pas sérieux.

3ème contradiction :
Du matériel et des armes auraient été fournis à l'Afrique du Sud par la France via des pays comme Israël, le Gabon, y compris pendant que Chirac était au pouvoir (74-76, 86-88) et qu'il connaissait donc la nature des échanges entre son pays et l'Afrique du Sud. Il aurait donc signé d'une main des accords qui violaient les engagements avec l'ANC qu'il avait signés de l'autre main. La France serait alors dirigée par un schizophrène. D'ailleurs cette pathologie se vérifie dans tous les rapports du Chi à l'Afrique. Il n'est pas trop tard pour l'interner.

4ème contradiction :
Le jeune Chi, partisan de l'Algérie française, s'est porté volontaire pour aller torturer, exterminer et affamer les Algériens. Il n'a jamais renier son engagement colonialiste puisqu'il ne manque aucune occasion pour célébrer le courage des Harkis (par exemple, sa réponse à l'appel du 31/10/2000des pays européens qui condemnaient la torture en Algérie. A lire absolument tellement c'est édifiant !). Or les militants de l'ANC étaient aux côtés de ceux qui luttaient contre l'oppresseur colonialiste et au nazi. Le même Chirac qui demandait, en sous-main, à des députés de sa majorité de concocté la loi du 23/02/2005 qui exalte le rôle positif de la colonisation (par extension de l'apartheid). l'ANC qui a perdu nombre des siens dans ces aventures euro-suprémacistes appréciera les positions de son pseudo membre Chirac Jacques.

5ème contradiction
Chirac transportait des malettes d'argents que lui donnait Hassan II. Bon, ça tombe bien pour lui, Hassan II n'est plus là pour le contredire. Mais nous oui !
Nous pourrions comprendre que le fait que la mère de Hassan II soit Noire aurait donné à celui-ci une sensibilité particulière pour le combat des membre de l'ANC. Mais les faits que votre article porte et qui sont connus de tous (des Français aussi nous l'espérons), à savoir la concomittance entre le FLP (Polisario) et l'ANC, les armes et les équipements sud-africains achetés par le Maroc, la collaboration entre l'ANC et le FLN mal vue par Hassan II, et récemment le parti pris du régime marocain à encontre de l'Afrique du Sud nous font penser que Chirac transportait probablement des malettes d'argent, non pour l'ANC, mais pour un trafic d'armes entre le régime d'Apartheid et le Maroc. Celà explique aussi pourquoi certains de ses "amis" vendeurs d'armes aux rebelles en Angola, Côte d'Ivoire, Guinée équatorial, Tchad, Zimbabwé (ou traficant d'objets d'art africains) ne sont pas inquiétés en France.

Il

Lire le reste du commentaire...


[ Répondre à ce message ]


Re: La dernière imposture de Jacques Chirac, «ami de l’Afrique»
par Visiteur le 15 mars 2007
Il a bien joué son jeu le petit ver mythomane !
Voilà qu'un hebdomadaire satyrique français a été déterrer des entretiens de Chirac lorsqu'il prenait la défense du régime sioniste nazi de Pretoria en 1984.
Chirac, surnommé Jack C, exprimait alors ses « peines à comprendre l'ostracisme du gouvernement français à l'égard de l'ami sud-africain, alors que ce pays se trouve sur la route du pétrole et regorge de ressources minières… », avant de « s'opposer à tout embargo contre l'Afrique du Sud. »


Déjà dans une déclaration faite en aparté, son fidèle compagnon et ancien président de l'assemblée nationale s'interrogeait sur la véracité des propos présidentiels.

On aura compris, le point faible de Jack, ce sont toutes les ressources qui inondent le continent et qui sont une tentation permanente pour une civilisation experte dans l’art de la spoliation et de la prédation.

Maintenant il devient gaga, il a la mémoire qui flanche, ce qui n'est pas notre cas à nous descendants d'Africains.

Après Super menteur, il faudra désormais dire super imposteur !



[ Répondre à ce message ]


©2005 - Mouvement pour une Nouvelle Humanité   Accueil Politique Société Cultures Spiritualité Statuts Charte Internet
Les documents publiés sur ce site sont soumis aux droits d'auteur. Leur utilisation sans l'accord des auteurs est interdite.
MNH - Siège social : 26 allée Georges Récipon 75019 Paris, France
Tél : +33 (0) 6 13 18 64 86



Site motorisé par PHP-Nuke.