Mouvement pour une Nouvelle Humanité  Accueil Politique Société Cultures Spiritualité Statuts Charte Internet
Recevez gratuitement le bulletin du M.N.H

  
Société: CONDAMNATION DE NEUF HOMOSEXUELS AU SENEGAL
Edité le 21 janvier 2009


Société  
C’est à un sévère réquisitoire que s’est livrée l’Ong « Jamra » pour dénoncer l’homosexualité et la « plus inadmissible des ingérences » d’autorités françaises, suite à la condamnation à huit ans de prison ferme contre neuf homosexuels sénégalais.

L’Ong « Jamra » dénonce, dans une déclaration, « la plus inadmissible des ingérences » de la France après qu’un juge du tribunal de Dakar a condamné neuf homosexuels sénégalais à neuf ans ferme pour actes impudiques, unions contre-natures et association de malfaiteurs, le 6 janvier dernier. Dans la déclaration de son président exécutif, Imam Massamba Diop, datée du 18 janvier dernier, « Jamra » estime que le juge s’est fondé sur la loi pour sévir.

« Dès lors, ce serait faire preuve de la plus inadmissible des ingérences et du plus douteux des partis-pris que de vouloir s’en prendre à une Justice, qui n’aura fait qu’appliquer les textes de loi qu’un pays, indépendant et souverain, s’est librement dotés », lit-on dans la déclaration. Selon RFI, le Quai d’Orsay (ministère français des Affaires étrangères) et des Ong françaises avaient appelé le Sénégal à abroger la loi punissant l’homosexualité. Le président français(encore lui? ndlr du M.N.H.) avait aussi exprimé sa « préoccupation » suite à ces condamnations. Des sorties qui ne sont pas du goût de « Jamra ». Titré de « ‘l’homophobie’ » sénégalaise à la ‘polygamophobie’ française : soignons ces marginaux (homosexuels ndlr) plutôt que de les encourager dans leur déviance ! », la déclaration de « Jamra » s’indigne d’une islamophobie qui « monte en flèche » en France et du bannissement de la polygamie par les lois de ce pays. La loi française du 24 août 1993 « au caractère intolérant », puisque interdisant le regroupement familial pour les polygames, est clouée au pilori par « Jamra » pour ses conséquences.


« Mimétisme maladif »


De même, la déclaration s’émeut du silence sur cette loi des organisations « tropicales » de « défense des droits de l’Homme », « si promptes à emboucher la trompette de l’indignation, pour relayer les ‘condamnations’ paternalistes des anciens colons ». Pis, ces organisations locales sont accusées de « mimétisme maladif » et d’être « les porte-étendard d’une certaine sous-culture qu’on veut, de gré ou de force, inculquer à nos peuples, particulièrement aux générations montantes ». « Jamra » démonte aussi les arguments des « pro-homos » selon lesquels les neuf condamnés ont agi dans un cadre privé.


Une « thèse laxiste », car, « si on suit cette (il)logique, tous les délinquants, surtout les toxicomanes, pourraient désormais se réfugier dans une parade, consistant à dire : ‘Je ne gêne personne en me droguant, car je le fais à l’abri des regards indiscrets, c’est-à-dire en privé’. Une dangereuse boîte à pandore, c’est évident, où les drogués, par exemple, seraient fondés de s’engouffrer, pour réclamer eux-aussi une ‘dépénalisation’ ! ». « Jamra » met en garde contre les conséquences du « contre-modèle » qu’est l’homosexualité dans notre société, particulièrement sur une jeunesse « en mal de repères ». Sur le plan sanitaire, ajoute la déclaration, les homosexuels devraient être considérés comme « des déviants, des malades qu’il faudrait prendre médicalement en charge, tout en les protégeant de la société, plutôt que faire preuve d’une déplorable complaisance à leur égard, par le mensonge et l’hypocrisie ». Toutes les religions monothéistes, poursuit « Jamra », bannissent l’homosexualité, tout en citant des versets coraniques et bibliques condamnant cette pratique. Selon « Jamra », qui cite le chapitre Lévitique (20, 13), les écritures bibliques se font plus radicales : « Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable ; ils seront punis de mort : leur sang retombera sur eux ».


Des propos du prophète de l’Islam sont aussi convoqués : « Si vous trouvez des gens en train de se livrer aux pratiques du peuple de Loth, éliminez-les, que ce soit celui qui commet l’acte ou celui qui le subit ». (Sounan At Tirmidhi 13-23). Et l’Ong de se demander : « alors, s’obstineront-ils à mentir, pour donner droit de cité à une des plus pernicieuses formes d’avilissement de la personne humaine, en étayant surtout leurs arguties sur de superficieuses « Conventions », souvent d’inspiration maçonnique ? ».

M. CISS
source : Le Soleil du 20 janvier 2009


 
Lire aussi
· L'église catholique Bénit la Traite Négrière

· La police française violente, raciste et au dessus des lois ?

· Communiqué du MNH sur l'affaire DSK

· Dieudonné, le tocsin et le glas !

· 16 juin 1976, révolte de Soweto

Suite...

Donnez une note à cet article
Note actuelle: 5



Merci de prendre une seconde et noter cet article:

Excellent
Tres bon
Bon
Mauvais
Nul


Options

 Format imprimable Format imprimable


"Utilisateurs" |   | 3 commentaires | Recherchez la discussion
Les opinions exprimées dans ces colonnes sont celles des auteurs et ne réflètent pas nécessairement la ligne éditoriale de l'association MNH !

Re: CONDAMNATION DE NEUF HOMOSEXUELS AU SENEGAL
par Visiteur le 05 avril 2009
Bonjour,

Je m'appelle Fatou, musulmane française d'origine sénégalaise.
Je m'insurge contre les propos de Massamba Diop, qui veut que les homosexuels soient tués (reportage de l'Effet Papillon sur Canal + , le 5 avril 2009).
Ce sont des propos qui ne sont pas dignes de l'islam.
Je rappelle à M. Diop que l'islam vient de salam, la paix.

Celui qui appelle à la violence n'est pas dans la paix . Est-ce que l'homosexualité vaut une guerre civile (la fitna en terme juridique musulman)?
Quiconque commet la violence ou en appelle à des meurtres dans l'islam n'est pas dans le droit chemin. Et ne parlons même pas de la laïcité et des Droits de l'Homme.

De plus s'attaquer à des homosexuels sénégalais, c'est s'attaquer la plupart du temps à des musulmans (le Sénégal est majoritairement musulman), ce qui est interdit en islam. Fussent -ils "égarés". Tout musulman quelqu'il soit reste musulman.

Merci de publier le message d'une pacifiste, citoyenne du monde, convaincue de la Lutte pour les Droits de l'Homme.


[ Répondre à ce message ]


Re: CONDAMNATION DE NEUF HOMOSEXUELS AU SENEGAL
par Visiteur le 06 avril 2009
" Les homos harcelleurs reprennent les jeunes pour cibles " : Jamra met en place un numéro vert


Après l’affaire du jeune Cheikh Tijane Fall, qui avait récemment défrayé la chronique sur la Petite-Côte - il avait, en réaction aux avances malsaines de son employeur homosexuel, administré une raclée à ce dernier, perdant ainsi son emploi -, voilà que la drague agressive de nos « pédés » locaux reprend pour cible les adolescents. L’opinion vient d’en avoir une nouvelle illustration à travers la mésaventure du jeune Mouhamed Samuel Diallo (cf. le quotidien « L’Obs » du 25/03/2009).

Encore une preuve, s’il en est besoin, que ceux qui s’activent dans l’ombre pour la légalisation des unions contre-nature ne mesurent pas le danger permanent qu’ils font courir à cette frange la plus fragile de notre société, c’est-à-dire la jeunesse, de plus en plus ciblée par de vieux homosexuels en mal d’affection. Mus par leur étrange libido, il n’y aurait plus aucune entrave juridique pour faire obstacle à leur recherche effrénée de « chaire fraîche ». Ils n’hésiteraient plus à se livrer, même à découvert, à leur drague malsaine, importunant les collégiens et les lycéens, de préférence issus de milieux modestes.


L’inadmissible harcèlement dont a été victime le jeune Diallo mérite d’être au plus vite éclairci par une enquête de la Brigade des Mœurs, d’autant que la victime a eu la présence d’esprit de relever le numéro d’immatriculation de la rutilante Mercedes du « pédé » harceleur.


Jamra saisit l’occasion pour suggérer aux autorités la mise en place d’un numéro vert, auquel pourront recourir les victimes, particulièrement les jeunes, de plus en plus ciblés par des harcellments homosexuelles, ou de droit de cuissage dans le marché de l’emploi (Jamra en détient des témoignages pathétiques).


Cela dit, c’est ce lundi 6 avril 2009 que les neufs homosexuels, interpellés en plein ébats à Mbao, devraient être fixés sur leur sort. Jugés en flagrant délit et condamnés, pour « actes impudiques, unions contre-natures et association de malfaiteurs », le 6 janvier dernier, ce n’est pas un hasard que le Tribunal statue, en appel, sur leur cas, en ce jour-anniversaire (le 6 avril) marquant la disparition tragique de celui qui n’avait de cesse de dénoncer cette déviance, qui a perverti dans notre pays nombre de jeunes, de plus en plus victimes de vieux débauchés sans foi. Dont certains d’ailleurs – après avoir raté le coche, lors de la confection de la liste des bénéficiaires des traditionnelles « Grâces présidentielles du 4 avril » - s’activent présentement dans les couloirs du temple de Thémis pour décrocher l’élargissement de leurs « amants », tombés à Mbao.


Ce qui serait, évidemment, en ce jour symbolique du 6 avril, la meilleure manière de poignarder Latif Guèye dans sa tombe !


Dakar, le 5 avril 2009


Pour l’Organisation Islamique JAMRA Le Président Exécutif Imam Massamba DIOP



[ Répondre à ce message ]


©2005 - Mouvement pour une Nouvelle Humanité   Accueil Politique Société Cultures Spiritualité Statuts Charte Internet
Les documents publiés sur ce site sont soumis aux droits d'auteur. Leur utilisation sans l'accord des auteurs est interdite.
MNH - Siège social : 26 allée Georges Récipon 75019 Paris, France
Tél : +33 (0) 6 13 18 64 86



Site motorisé par PHP-Nuke.