Mouvement pour une Nouvelle Humanité  Accueil Politique Société Cultures Spiritualité Statuts Charte Internet
Recevez gratuitement le bulletin du M.N.H

  
France: Communiqué du MNH
Edité le 12 août 2009


Actions judiciaires Le Mouvement pour une Nouvelle Humanité (MNH) condamne fermement les propos du préfet Paul Girod de Langlade.
En outre nous demandons qu’il soit révoqué de ses fonctions pour son attitude irresponsable et de nature à nuire à la cohésion nationale.

Nous avons eu connaissance, une fois de plus, des propos outrageants qu’un préfet de la république, Monsieur Girod de Langlade, auraient tenus le 31 juillet 2009 dernier, à l’aéroport d’Orly (donc sur le territoire national), à l’encontre des agents de sécurité dont le tort est d’être Noirs et de bien faire leur travail en contribuant à la sécurité de notre pays et ainsi qu’ à celle des voyageurs.
Le préfet Paul Girod de Langlade aurait déclaré, nous citons, « On se croirait en Afrique » et « il n'y a que des Noirs ici ».

Rien ne pourrait justifier de tels propos s’ils étaient avérés et, circonstance aggravante, de la part d’un fonctionnaire au fait des lois de notre république et ayant un minimum d’instruction sur l’histoire de la France.

Vous conviendrez que d’autres personnes pourraient suivre cet exemple et déclarer devant leur écran de télévision ou au guichet de n’importe quelle banque parisienne, voire au perron de l’Elysée à la sortie d’un conseil de ministres qu’ « on se croirait en Israël ». Nous nous refusons à des jugements aussi simplistes, dignes des subversifs d’opérette parce que nous sommes convaincus que l’être humain est capable de faire mieux.

Monsieur Girod de Langlade trouvait-il pénible de subir un contrôle garant de la sécurité des passagers dans nos aéroports ? Lui insupportait-il d’être contrôlé par des agents de sécurité dont la couleur de peau diffère de la sienne ?
Mais ces personnes ne faisaient que leur travail, en appliquant les lois de la république, que les représentants du peuple français ont votées au parlement national et au sénat. Nul n’est censé ignorer la loi, dit l’adage, mais en tant que préfet de cette même république, il était mieux place que quiconque pour respecter la loi.

Que dit d’ailleurs cette loi dont le préfet Paul Girod de Langlade semble si peu faire cas ?
La loi 2001-1066 du 16 novembre 2001, relative à la lutte contre les discriminations « interdit les discriminations, qu’elles soient fondées sur l’origine, le sexe, les mœurs, la situation de famille, les opinions politiques, les activités syndicales ou mutualistes, les convictions religieuses, l’état de santé ou le handicap, l’appartenance à une ethnie, une nation ou une race, le patronyme, l’apparence physique, l’âge et l’orientation sexuelle... ».
Cela veut dire que l’on ne doit pas critiquer, juger ou apprécier quiconque en fonction de son ethnie, sa religion, son nom, son âge, etc...
Nous disons donc à Monsieur Girod de Langlade, que nous ne nous prononcerons pas sur le plan moral en le traitant de grossier personnage, de haut fonctionnaire hypocrite et aux mœurs corrompues. Nous nous placerons sur le plan de l’éthique et de la justice.
En agissant de la sorte, il s’est comporté comme un haut fonctionnaire prévaricateur. Ses propos portent un grave coup à l'honneur de notre fonction publique.
Sur le plan humain, il n’est qu’un raciste incapable de domestiquer ses angoisses et sa peur de l'altérité.
Monsieur Girod de Langlade, Vous êtes inapte à la vie en société et lourdement condamnable.

Nous avons aussi appris que vous étiez un multirécidiviste dans ce domaine et nous encourageons donc vos victimes à porter plainte nominativement contre vous. Voici un aperçu de ce que vous risquez en vous comportant comme ce qui semble être votre accoutumée.

Que risque ce triste préfet ?

Article 24 alinéa 5, Article 32 alinéa 2, Article 33 alinéa 3 de la Loi 1881. La loi punit toute provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence raciale, toute diffamation raciale, toute injure raciale de 6 mois à un an d’emprisonnement au plus et/ou d’une amende de 12.000 a 45.000 euros au plus assorti d’une  interdiction d'être éligible, d'exercer une fonction juridictionnelle pendant 5 ans au plus (art.131-26, 2 et 3 du code pénal) 
Art. 432 alinéas 7 et 17 du code pénal. La loi punit toute discrimination commise par un représentant de l'autorité publique de 3 ans d’emprisonnement au plus et d’une amende de 300.000 F au plus  assortie d’une privation des droits civiques et d’interdiction professionnelle.
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006070722&dateTexte=20090808

Monsieur Girod de Langlade, au cas où vous échapperiez à toute condamnation judiciaire, vous pourriez remercier vos congénères d’avoir sacrifié l’idéal républicain sur l’autel de l’incurie, vous permettant ainsi de vous en sortir à si bon compte, comme dans ces républiques bananières que vous semblez tant honnir et devant lesquelles la France n'arrête pas de se prostituer.

Nous nous étonnons aussi que le ministère de l’intérieur, qui assure la tutelle des préfets, n’ait appliqué aucune sanction à l’encontre de ce préfet indélicat.
Nous nous souvenons que Michèle Alliot-Marie, alors Ministre de l’intérieur, avait révoqué de ses fonctions le sous-préfet de Saintes, Bruno Guigue, pour une littérature qu’elle avait jugée incompatible avec le droit de réserve qu’impose sa fonction.

Voudrait-on nous faire croire que la devise « Liberté, Egalite, Fraternité » inscrite sur le fronton des édifices publics ne serait qu'un vain slogan de Marketing ?

Le Conseil d'Administration du MNH
A Paris, ce vendredi 7 Aout 2009

 
Lire aussi
· Citation à comparaitre de M. FINKIELKRAUT

· Citation directe devant le tribunal correctionnel de Paris

· Affaire ZEMMOUR : Le MNH adresse une lettre au CSA

· Procès FINKIELKRAUT

· Des signataires de l'appel Hachomer-Hatzair devant la justice

Suite...

Donnez une note à cet article
Note actuelle: 0

Merci de prendre une seconde et noter cet article:

Excellent
Tres bon
Bon
Mauvais
Nul


Options

 Format imprimable Format imprimable


"Utilisateurs" |   | 0 commentaires
Les opinions exprimées dans ces colonnes sont celles des auteurs et ne réflètent pas nécessairement la ligne éditoriale de l'association MNH !

©2005 - Mouvement pour une Nouvelle Humanité   Accueil Politique Société Cultures Spiritualité Statuts Charte Internet
Les documents publiés sur ce site sont soumis aux droits d'auteur. Leur utilisation sans l'accord des auteurs est interdite.
MNH - Siège social : 26 allée Georges Récipon 75019 Paris, France
Tél : +33 (0) 6 13 18 64 86



Site motorisé par PHP-Nuke.