Mouvement pour une Nouvelle Humanité  Accueil Politique Société Cultures Spiritualité Statuts Charte Internet
Recevez gratuitement le bulletin du M.N.H

  
Négrophobie: Alassane Ouattara serait-il mort?
Edité le 04 février 2011


Politique Depuis quelques jours, des bruits inquiétants courent sur la mort d’Alassane Dramane Ouattara(ADO), le principal belligérant de la crise politico-institutionnelle ivoirienne.
L’occasion est alors donnée à la rédaction du MNH de revenir sur une série de questions que se posent des internautes.

Le premier constat qui interpelle le téléspectateur ou l’internaute averti est l’absence totale d’Alassane Ouattara des médias depuis le 13 janvier 2011. Ses analyses sont uniquement relayées par des « porte-paroles » et les médias ne diffusent que des images ou des vidéos d’archives.

La rumeur de la mort d’Alassane Ouattara est certainement née des questions sans réponse soulevées après l’interview qu’il avait accordée à Michel Denisot de Canal+ le 13 janvier dernier.  Des spécialistes audiovisuels avaient noté le décor figé et la lumière ambiante qui laissaient penser que l’interview avait lieu dans un studio. Quant aux conditions de l’interview, les internautes se demandaient pourquoi réaliser un duplex de Paris alors que Michel Denisot se trouvait quelques heures plus tôt à Abidjan et pourquoi les dirigeants de Canal+ parlaient d’interview enregistrée alors que l’intervieweur Denisot martelait qu’il était en direct-live.

Par ailleurs, dans cette interview, Alassane Ouattara ne fait aucun cas de l’actualité brûlante en Côte d’Ivoire où on dénombrait à cette date 10 morts dans l’une des zones contrôlées par ses rebelles, se bornant à traiter une actualité décalée.

Le second fait marquant est cette rencontre avortée le 18 janvier 2010 entre le médiateur de l’Union Africaine, le premier ministre kenyan Raïla Odinga et Alassane Ouattara. Etrange pour ce dernier quand on connait sa boulimie des médias et sa quête de notoriété internationale.

L’énigme de la précipitation du départ de Raïla Odinga, par ailleurs cousin de Barack Hussein Obama, lève un voile sur le comportement moins belliqueux et responsable du président des Etats-unis sur la crise ivoirienne. Mais ce dernier était-il au courant de l’absence d’ Alassane Ouattara de l’hôtel du Golf ? Si oui, pourquoi n’avoir pas informé Raïla Odinga, lui évitant ainsi l’humiliation d’une rencontre avec des sous-fifres à l’image de Guillaume Soro ?

De plus, pourquoi la médiation de l’Union africaine conduite par le Premier ministre kényan a-t-elle été reportée par deux fois pour cause d’indisponibilité d’Alassane Ouattara, assigné à résidence à l’hôtel du Golf ?

Pour un ancien directeur du FMI, aguerri aux rouages médiatiques, il est étonnant qu’il n’ait pas jusqu’à présent accordé un démenti dans la presse internationale, totalement acquise à sa cause. Il ferait ainsi d’une pierre plusieurs  coups : il montrerait qu’il a une santé de fer qui ferait perdre leurs illusions au camp adverse; il remobiliserait ses partisans qui n’attendent qu’un geste pour en découdre avec le locataire du palais présidentiel; et surtout il encouragerait l’homme fort de l’Elysée. Nicolas Sarkozy en a bien besoin, dans sa quête d’un empire qui a du mal à rentrer dans le présent.

Mais les politiques ne sont pas les seuls à ne plus voir Alassane Ouattara. Une équipe de reportage de la chaîne de télévision du service public français « France 24 » que l’on dit acquise à l’ancien Premier ministre d’Houphouët, s’en retourna bredouille il y a quelque jours après avoir attendu le champion de l’opposition ivoirienne à l’« hôtel du Golf » pour une interview.

Il y a aussi ces confrères des médias ivoiriens, convoyés samedi par hélicoptère au Golf hôtel, pour réaliser une interview de Guillaume Soro: ont-ils été briefés et instruits de dire sous leurs plumes qu’Alassane Ouattara était bel et bien au Golf? Pourquoi ne s’est-il pas montré à eux ?

Et comme l’actualité n’est jamais avare de surprises, le sommet de l’Union Africaine (UA) qui s’est tenue à Addis Abeba du 30 et 31 janvier 2011  devait être une occasion rêvée pour tout politicien désireux de défendre sa position et de rallier une majorité de leaders africains à son camp. Là encore, Alassane Ouattara a brillé par son absence, laissant son « premier ministre » Guillaume Soro et son « parrain » Nicolas Sarkozy faire du lobbying en son nom.

Est-ce ce nouveau miroir néo-colonialiste qui a fait sortir du bois les présidents  Jacob Zuma, Dos Santos, Youwerri Musseveni  et bien d’autres leaders africains, qui affirment tous en chœur ne pas tolérer une intervention militaire en Côte d’Ivoire et proposent de « mener une enquête pour savoir ce qui s’est mal passé, si les élections sont contestées, plutôt que de déclarer un candidat vainqueur ».

Le président des Etats-unis est-il informé de la mort d’Alassane Ouattara au point d’éconduire la délégation de la « CEDEAO » composée du président sierra-léonais Ernest Koroma, du président de la Commission James Victor Gbeho et du ministre nigérian des Affaires étrangères Odein Ajumogobia ?

Autant de questions qui, pour l’instant, sont sans réponses.

Dans ce genre d’affaires, le plus simple est d’apporter une preuve de vie pour couper court à la rumeur. Car Ouattara n’étant pas n’importe qui en Côte d’Ivoire et même dans le monde, sa santé, qu’il soit vivant ou mort, est automatiquement une affaire d’Etat.
Personne n’ignore que Ouattara a une santé chancelante, surtout depuis qu’un mal pernicieux l’avait fait s’effondrer au « Golf hôtel », devant un parterre d’officiels et de journalistes. En tant qu’Africain, Alassane Ouattara alias Monsieur Dramane (Drame-man), sait mieux que quiconque qu’en se montrant malade et très très  affaibli, il pourrait susciter la sympathie d’une population charitable qui saura lui souhaiter un prompt rétablissement, au moins pour qu’il voit la fin du film, la renaissance de Côte d’Ivoire et de l’Afrique.

Il faut aussi considérer le camp français dans cette mort anoncée d’Alassane Ouattara. Imaginez un stratagème où Alassane Dramane Ouattara , mort à Paris à l'« hôpital Val de Grâce » et dont la dépouille serait transférée en cachette à l'« hôtel du Golf » par les hommes de main du clan Sarkozy. La communauté internationale aurait ainsi toute liberté d’accuser Laurent Gbagbo et ses partisans  de l'avoir assassiné, afin de provoquer un soulèvement et une attaque contre la Côte d'Ivoire.

Si la mort d’Alassane Ouattara était confirmée, avouez bien là une ironie du sort. Les puissantes nations occidentales nous auraient démontré qu’elles peuvent mener des guerres sanglantes pour des raisons fantaisistes, y compris pour installer un mort au pouvoir en Afrique. Est-ce bien sérieux ?

En conclusion et pour mettre en exergue le rôle que joue la France, ce cancer de l'Afrique, nous rapellerons à nos internautes que la mort des présidents Houphouet-Boigny (Côte d'Ivoire) et d'Omar BONGO (Gabon) a été rendue publique plusieurs semaines après, afin de permettre à l'ex-puissance coloniale de placer ses marionnettes à la tête de ces pays. Dès lors,si tel était le cas, nous cacherait-on la mort d'ADO?


 
Lire aussi
· Quand l’Occident a faim, l’Afrique doit mourir

· Pour combattre la France, nous devons savoir de quoi elle est capable.

· B. P Logbo rappelle aux présidents d'institutions ivoiriennes, l'art. 98 de la c

· COMMEMORATION DE LA DEPORTATION D'AFRICAINS

· Bon anniversaire M. le Président Gbagbo !

Suite...

Donnez une note à cet article
Note actuelle: 3.8



Merci de prendre une seconde et noter cet article:

Excellent
Tres bon
Bon
Mauvais
Nul


Options

 Format imprimable Format imprimable


"Utilisateurs" |   | 2 commentaires | Recherchez la discussion
Les opinions exprimées dans ces colonnes sont celles des auteurs et ne réflètent pas nécessairement la ligne éditoriale de l'association MNH !

Re: Alassane Ouattara serait-il mort?
par Visiteur le 17 février 2011
la mort de alassane se confirme.
de source diplomatique, ADO serait mort. Touché par le mal qui le rongeait, Soro aurait appelé Gbagbo pour lui dire qu'il serait responsable de ce qui lui arriverait. Mais avait il vraiment besoin de menacer pour avoir de l'aide du président Gbagbo pour venir en aide à un mourrant?? Non objectivement non fut il un adversaire. Mais Ado fut exfiltré du Golf pour la polyclinique internationale sainte anne marie d'abidjan (PISAM). vu le mal assez serieux, les medecins ont proposé une évacuation urgente pour la france. Mais on aurait dit aussi que c'est par mésure de prudence qui ne fut pas traité à abidjan. Car on aurait accusé tel de l'avoir tué. évacuation donc en hélico pour la france. son état était sans espoir. c'est ainsi que Sarkozy a refusé que Ado rende l'ame sur son sol. il aurait été donc évacué une deuxième fois; cette fois au Danemark ou il rendit l'âme. l'hopital fut évacué par ceux dont la présence n'était pas nécéssaire. une chaine allemande aurait annoncé en bande annonce ce decès. mais trés vite éffacé.
ms pourquoi l'annonce officielle tard ???


[ Répondre à ce message ]


©2005 - Mouvement pour une Nouvelle Humanité   Accueil Politique Société Cultures Spiritualité Statuts Charte Internet
Les documents publiés sur ce site sont soumis aux droits d'auteur. Leur utilisation sans l'accord des auteurs est interdite.
MNH - Siège social : 26 allée Georges Récipon 75019 Paris, France
Tél : +33 (0) 6 13 18 64 86



Site motorisé par PHP-Nuke.