Mouvement pour une Nouvelle Humanité  Accueil Politique Société Cultures Spiritualité Statuts Charte Internet
Recevez gratuitement le bulletin du M.N.H

  
Politique: Crise ivoirienne :''J'accuse Gérard Latortue, la Francophonie et l'ONU'' dit Mam
Edité le 14 mars 2011


Politique
La crise postélectorale qui secoue la Côte d’Ivoire, depuis le 28 novembre 2010, n’a pas fini de livrer ses secrets, son lot de comploteurs et leurs alibis pour faire main basse sur les richesses de notre pays. A chaque révélation, l’on apprend un peu plus sur toutes les sales propositions rejetées par Laurent Gbagbo et qui lui valent la ronde de tant de chacals politiques tapis au sein de la Communauté internationale. Dans le texte qui suit, le député Mamadou Ben Soumahoro dévoile la partition de l’ancien Premier ministre haïtien, Gérard Latortue, qui a conduit la délégation des observateurs de l’Organisation internationale de la Francophonie en Côte d’Ivoire. Il établit ses connexions à Paris et à l’ONU.

Personne n’y a véritablement prêté attention. Et pourtant, cela s’est passé. A la fin de la mission d’observation de l’élection présidentielle qu’il a conduite, en Côte d’Ivoire, pour le compte de l’Organisation internationale de Francophonie (OIF), M. Gérard Latortue a dressé son rapport au pied de M. Young Jin Choi, dans les locaux du siège de l’ONUCI à l’Hôtel Sebroko. Aussitôt fait, il a repris l’avion le même soir pour Paris, laissant au Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU en Côte d’Ivoire, le soin d’enfoncer le clou et de gérer la crise qu’ils avaient préparée ensemble contre les Ivoiriens. M. Gérard Latortue venait ainsi de nous indiquer, clairement, que Young Jin Choi est son binôme local dans la fabrication de la crise postélectorale dans laquelle est plongé notre pays depuis le 28 novembre 2010. Latortue et Choi ont agi pour espérer imposer Alassane Ouattara au peuple ivoirien. C’est un des pans de ce complot aux multiples tentacules enclenché pour faire main basse sur la Côte d’Ivoire. Mais ses prémices datent de longtemps. De quelques années plus tôt.


L’indécente proposition au candidat Gbagbo

Nous sommes en 2008. L’ancien Premier ministre de la République d’Haïti, Gérard Latortue, une vieille connaissance personnelle, sollicite par mon intermédiaire un rendez- vous avec le chef de l’Etat de Côte d’ivoire. Il l’obtient d’autant plus facilement qu’il prétendait vouloir porter à la connaissance du Président Laurent Gbagbo «l’expérience» qu’il venait de réussir dans son propre pays au moment où le nôtre s’apprêtait à aller à son tour à des élections présidentielles importantes annoncées, à cette époque, pour novembre 2009. C’est ainsi que profitant de l’occasion qui lui était offerte, Gérard Latortue s’est permis de proposer à Laurent Gbagbo de se mettre sous «la protection de George W. Bush et des Etats-Unis d’Amérique». Pour la mise en œuvre de ce projet, l’homme a fait valoir au Président Laurent Gbagbo ses relations intimes et privilégiées avec le frère du Président des Etats-Unis, Le gouverneur de l’Etat de Floride. C’est du reste grâce à l’intervention de ce dernier que le Président Bush a désigné Gérard Latortue pour diriger, à titre intérimaire, le gouvernement d’Haïti. Gérard Latortue devait y organiser les élections de sortie de crise après l’expulsion du Président Jean Bertrand Aristide déposé auparavant par les forces onusiennes, toujours sous la férule de Gérard Latortue, leur mandataire. Les Etats-Unis voulaient René Préval comme président d’Haïti, les Etats-Unis et Gérard Latortue ont “donné” René Préval à Haïti. Après cette élection truquée avec succès, Gérard Latortue a voulu monnayer son expérience auprès de Laurent Gbagbo. Un livre blanc a été édité par ses soins. Il l’a proposé au Président ivoirien au cours de l’audience qui lui a été accordée. Ce livre blanc lui a d’ailleurs servi de viatique pour proposer ses services à toutes les capitales africaines qui préparaient des élections dans cette période troublée.


A la deuxième visite faite à Laurent Gbagbo à son domicile officiel de Cocody, Gérard Latortue, plus concret, a proposé à son hôte une véritable stratégie de hold-up électoral avec son aide personnelle et celle des Nations unies à New York. Il annonçait qu’il allait se faire mettre en mission comme observateur international de nos élections à venir, au nom de l’OIF (Organisation internationale de la Francophonie) et de son Président Abdou Diouf. En prévision de cette «mission», il demandait au Président Laurent Gbagbo de faire nommer immédiatement, à un poste technique au siège des Nations unies à New York pour le compte de la Côte d’Ivoire, son compagnon de voyage, un certain Marc Maxi, notoirement connu pour être un honorable agent de la CIA. Cet autre Haïtien, qui avait dirigé auparavant l’organisation humanitaire CARE pour l’Afrique de l’Ouest, devait mettre en place le mécanisme qui devait impliquer le Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon lui-même, pour appuyer tout ce qui allait se faire sur le terrain en Côte d’Ivoire afin d’assurer la victoire du Président Laurent Gbagbo «sans bavure». Selon les plans de Latortue, à l’issue du scrutin, peu importe le score, que ce soit au premier ou au deuxième tour, l’ex- Premier ministre d’Haïti représentant l’OIF devait tout simplement “crédibiliser” les résultats en faveur de Gbagbo en s’exprimant au nom de tous les observateurs de l’Union européenne et au nom de l’OIF. L’ONU devait ensuite reconnaître la sincérité du scrutin et, selon ce plan, les autres candidats n’auraient eu que leurs yeux pour pleurer. C’est exactement le même schéma qu’il avait proposé en Guinée-Conakry avant la mort du Président Lassana Conté. Le coup d’Etat du capitaine Dadis Camara a mis fin à ses espoirs et annihilé son plan pour les élections en Guinée.


La belle affaire pour Ouattara et connexions

A la fin de sa visite à Laurent Gbagbo, le Président ivoirien qui avait prêté une oreille plutôt agacée au discours corrompu de Gérard Latortue, lui a fait remettre par mes soins une somme d’argent frais, quelques dizaines de millions de francs CFA, pour faciliter son séjour et celui de son compagnon d’agent de la CIA, Marc Maxi. Le chef de l’Etat n’a pas donné suite à la démarche indécente de l’ex-Premier ministre d’Haïti Gérard Latortue. Ses incessants appels téléphoniques n’ont pas trouvé non plus d’échos auprès du président Laurent Gbagbo pendant de nombreux mois. Son projet est resté lettre morte parce qu’il est tombé sur un véritable démocrate et un intellectuel honnête qui a toujours bâti sa vie sur la vérité de l’onction populaire. Gérard Latortue n’a pas cessé de me harceler, moi qui l’ai introduit auprès du Président Laurent Gbagbo. Là aussi, sans aucune suite. A l’évidence, le Président de la Côte d’Ivoire s’était senti profondément vexé par la proposition malhonnête de Gérard Latortue qu’il a donc définitivement éconduit en ne répondant plus à ses pressants appels téléphoniques.


Bien entendu, toute cette entreprise avait un prix dans l’esprit du représentant de commerce de l’OIF et des Nations unies. Le refus de Laurent Gbagbo constituait pour lui et pour ses commanditaires un énorme manque à gagner qu’il fallait combler d’une manière ou d’une autre. C’est ainsi que Gérard Latortue et Marc Maxi ont proposé leur service diabolique à Alassane Ouattara et à son épouse Dominique Folloroux. Connaissant son entregent, la femme du plus grand imposteur devant l’Eternel, Alassane Ouattara, a dû consolider le projet scélérat de Gérard Latortue par l’adhésion empressée de leurs amis français, américains et ivoiriens de nationalité américaine vivant aux Etats-Unis. Ce qui n’était qu’un plan devant consolider l’avantage du candidat le mieux placé, dans l’esprit de Gérard Latortue et ses comparses accourus pour empocher quelques millions de dollar, est devenu, par la force des choses, un des éléments fondateurs du complot international qui continue de secouer la Côte d’Ivoire, mon beau pays. Ce complot devait donner gagnant celui que personne n’attendait, c’est-à-dire Alassane Ouattara. Pour mieux comprendre les tenants et les aboutissants de ce vaste complot qui s’est étendu à quelques valets de M. Sarkozy en Afrique, notamment le Burkinabé Blaise Compaoré et le Sénégalais Abdoulaye Wade, il importe de savoir que l’acteur principal, le mici-dominici de l’ombre, Gérard Latortue, a servi comme représentant permanant du PNUD (Programme des Nations unies pour le Développement) à Cotonou dans les années 70 et, à ce même titre, en Côte d’Ivoire pendant cinq ans sous l’autorité de l’Algérien Abderamane Kane qui dirigeait l’organisation à partir de Vienne, en Autriche.


Vous avez dit Nations unies ?

Que reste-t-il pour accomplir le complot ? Evidement les élections ! Les fameuses élections ! Le prétexte tout trouvé ! Or, dans ce domaine, les données sont connues : Depuis 2002, ‘’la Communauté internationale ‘’ voulait la tête de Laurent Gbagbo. C’est tout ! Seulement voilà, toutes les tentatives ont lamentablement échoué. Il manquait un homme de main “crédible”, loin de l’Afrique, discret et efficace pour accomplir l’opération «enlever Gbagbo». Le premier bénéficiaire, Alassane Ouattara, pour une fois, n’est pas allé le chercher puisqu’il ignorait son existence. Cet homme prétendument providentiel est arrivé de lui-même : après son échec au pied de Laurent Gbagbo, Gérard Latortue est allé proposer la forfaiture de l’OIF à Ouattara. Abdou Diouf, l’ancien Président de la République du Sénégal était candidat à sa propre succession à la tête de l’organisation francophone. Le coup de pouce de Latortue lui a sûrement fait du bien. Au renouvellement du mandat d’Abdou Diouf en Suisse, Nicolas Sarkozy en a décidé tout seul, à la place de tous les chefs d’Etat africains présents, en piétinant leur dignité. La Côte d’Ivoire vaut bien une messe et tout le monde a dit Amen !


«Donne-moi la tête de Gbagbo, et tu auras l’ONU»

Ainsi donc, on a échangé l’honneur et la sécurité de 20 millions d’Ivoiriens contre le confort du poste d’un homme qui fut pourtant chef d’un Etat africain et non des moindres. Gérard Latortue est l’un des artisans zélés et intéressés de cette mascarade qui a échoué, dans sa version OIF, en Côte d’Ivoire. Lamentablement ! Quoiqu’il en soit, par quelque bout qu’on le prenne, le complot qui essaie de déstabiliser notre pays trouve son épicentre aux Nations unies, son exécuteur testamentaire étant M. Ban Ki-moon qui, malgré son incompétence avérée, veut un deuxième mandat. Nicolas Sarkozy de Nagy Bosca, qui détient un veto en tant que membre permanent du Conseil de sécurité, lui a donné l’assurance de bloquer toutes les initiatives des pays émergeants pour lui ouvrir la voix du succès aux prochaines élections de Secrétaire général des Nations unies. Cela peut expliquer en grande partie l’acharnement de M. Ban Ki-moon et de son «frère» sud-coréen Young Jin Choi qui le représente en Côte d’Ivoire et qui l’épaule pour mériter le futur «service» attendu de Sarkozy. Ce n’était pas un hasard si M. Gérard Latortue, responsable des observateurs de l’OIF dans la présidentielle ivoirienne du 28 novembre, a rédigé son rapport au pied de M. Choi, dans les locaux du siège de l’ONUCI à l’Hôtel Sebroko, juste avant de reprendre l’avion le même soir pour Paris, laissant à son binôme Choi le soin d’enfoncer le clou et de gérer la crise qu’ils avaient préparée ensemble contre les Ivoiriens.


Ces révélations ne sont ni une fiction ni un roman. Pour tous ceux qui en douteraient, j’exige que M. Gérard Latortue vienne s’expliquer devant le peuple de Côte d’Ivoire pour réfuter, s’il le peut encore, toutes ces accusations gravissime que je porte contre lui en tant qu’Ivoirien qui croyait pouvoir compter sur son amitié. Je crie ici ma déception et ma colère contre son comportement cupide, mercantiliste et bassement intéressé.
M. Gérard Latortue, vous m’avez sans doute reconnu à travers cet article dénonciateur de votre indignité vis-à-vis de la Côte d’Ivoire, mon pays. Je vous attends pour vous porter personnellement la contradiction si vous osez accepter un face à face, ici même à Abidjan, devant tout le monde.
Enfin, je comprends maintenant pourquoi vous n’avez pas donné de suite au coup de fil du Président de la Commission électorale indépendante (CEI) qui voulait me donner la possibilité de vous serrer la main à l’Hôtel Pullman d’Abidjan au Plateau où je n’ai jamais pu vous trouver. M. Bakayoko Youssouf devait ignorer que je ne comptais plus parmi vos amis à Abidjan et que lui-même, Bakayoko Youssouf, avait été déjà instrumentalisé par vous, Gérard Latortue, ainsi que par Ban Ki-moon pour le compte d’Alassane Ouattara.


Abidjan, le 12 février 2011

Mamadou Ben Soumahoro
Député indépendant à
l’Assemblée nationale


 
Lire aussi
· Quand l’Occident a faim, l’Afrique doit mourir

· Pour combattre la France, nous devons savoir de quoi elle est capable.

· B. P Logbo rappelle aux présidents d'institutions ivoiriennes, l'art. 98 de la c

· COMMEMORATION DE LA DEPORTATION D'AFRICAINS

· Bon anniversaire M. le Président Gbagbo !

Suite...

Donnez une note à cet article
Note actuelle: 0

Merci de prendre une seconde et noter cet article:

Excellent
Tres bon
Bon
Mauvais
Nul


Options

 Format imprimable Format imprimable


"Utilisateurs" |   | 5 commentaires | Recherchez la discussion
Les opinions exprimées dans ces colonnes sont celles des auteurs et ne réflètent pas nécessairement la ligne éditoriale de l'association MNH !

Re: Crise ivoirienne :''J'accuse Gérard Latortue, la Francophonie et l'ONU'' dit Mam
par Visiteur le 14 mars 2011
Abdou Diouf (OIF), le chant de cygne d’un valet qui appelle l`ONU à faire partir Gbagbo
Gbagbo.ci-14/3/2011


Que serait devenu l’ancien chef d’Etat du Sénégal, battu à la présidentielle par abdoulaye Wade, s’il n’avait reçu de l’Elysée, un strapontin pour assurer ses vieux jours ?Le secrétaire général de la Francophonie, Abdou Diouf, l’homme de Sarkozy pour déstabiliser l’Afrique digne, continue, en ce qui concerne la Côte d’Ivoire, de transformer la tribune culturelle qu’est l’Oif, en une verge entre ses mains ensanglantées pour flétrir les chefs d’Etat qui refusent de voir prospérer la Françafrique. L’homme, toute honte bue, a appelé dimanche le Conseil de sécurité de l`ONU à “prendre ses responsabilités” en Côte d`Ivoire pour faire partir le président Laurent Gbagbo et installer au pouvoir le candidat malheureux à la présidentielle ivoirienne de novembre dernier, Alassane Ouattara. “Je demande que le Conseil de sécurité prennent ses responsabilités pour que force reste à la légalité internationale et à la loi nationale qui a élu Alassane Ouattara”, a déclaré M. Diouf dans une émission de Radio France Internationale (RFI), TV5Monde et le journal Le Monde. L’obligé de Sarkozy sait-t-il que la Côte d’Ivoire n’est pas le Sénégal son pays ?Car, en Côte d’Ivoire, pour des questions électorales, les lois nationales en vigueur priment sur tout. Et le Conseil Constitutionnel Ivoirien a déclaré le Président Gbagbo élu, puis l’a investi en cette qualité. Les Ivoiriens qui, tout en respectant les Nations Unies, savent que la Côte d’Ivoire y est un membre à part entière, ne croient pas que le Conseil de Sécurité ferait l’erreur de soumettre la Côte d’Ivoire à quelque diktat que ce soit. Car ce n’est pas la Communauté internationale qui désigne en Côte d’Ivoire, l’occupant du fauteuil présidentiel. Les larbins, à l’image de Diouf, jouent aux pompiers alors que, comme des pyromanes, ils participent à visage découvert ou masqués, à la déplanification de l’Etat de Côte d’Ivoire, juste pour des prébendes. Sinon, comment imaginer un africain( ?) parler sans gêne en ces termes : “Il ne faut pas qu`on laisse s`installer cette guerre civile. Elle commence. Il faut qu`on l`arrête”, alors qu’il sait que Ouattara, son ami, s’est déclaré ouvertement, « père de la rébellion ivoirienne », que les terroristes qu’il emploie pour servir dans son armée qualifiée par la presse Française de « commando Invisible », tuent impunément à Anonkoua Kouté, à Abobo, à Ndotré, calcinent des forces de défense et de sécurité, que l’onuci met à la disposition de ces terroristes, ses hélicoptères et les déversent dans les communes du pays pour créer la chienlit que l’Elysée et la maison blanche souhaitent de tous leurs vœux pour justifier une intervention militaire étrangère en Côte d’Ivoire. A la suite d’Abdou Diouf, d’autres laquais de Sarkozy, lui emboîteront bientôt le pas. Tous tanceront le président élu par les Ivoiriens de tous les péchés d’Israël. Et ce sera un autre rouleau compresseur en matière de communication. Objectif, transformer le juste, le bon, en bourreau, en méchant. Abdou Diouf qui dit fonder “beaucoup d`espoirs” dans les sanctions déjà prises par la communauté internationale contre les Ivoiriens et se dit favorable à une “solution plus radicale et plus rapide”, évoquant la possibilité d`une “opération militaire”, n’a jamais imaginé pareil sort à l’encontre des sénégalais et du Sénégal o&ugrav

Lire le reste du commentaire...


[ Répondre à ce message ]


Re: Crise ivoirienne :''J'accuse Gérard Latortue, la Francophonie et l'ONU'' dit Mam
par Visiteur le 14 mars 2011
S’agissant de Diouf ABDOU quel pantin , quel laquais,un véritable clown, idiot de surcroit.Voici des imbéciles et des vendeurs d’Africains tout comme Victor gbeho, Wade et autres. Ceux ci n’ont jamais aimé l’Afrique et se sentent mal dans leur peau tellement qu’ils ont honte d’être simplement des nègres.Nous autres , on est fiers de ce qu’ on est, de vrais africains bantous.Des faire- valoir de leur acabit, déshonorent l’Afrique et ses dignes fils.Mr Abdou Diouf ferait mieux d’aller finir ses vieux jours au Sénégal qui l’a vu naitre que de vivre parmis les blancs, tout malheureux comme son prédécesseur Senghor.Que ce Monsieur médite sur l’attitude qu’a eue la France lors du décès de Mr Senghor après tant de services rendus.Mr Diouf si vous êtes autant courageux en demandant aux nations unis de faire partir LE PRESIDENT ELU de COTE D’IVOIRE, pourquoi n’avez vous pas cette audace de regarder droit dans les yeux de cette France que vous servez aveuglement,combien de ses ex colonies ont connu le moindre développement comme au niveau l’empire colonial britannique Alors Fermez votre sale gueule et baissez votre petite culotte devant Sarkozy.

Bachbi



[ Répondre à ce message ]


Re: Crise ivoirienne :''J'accuse Gérard Latortue, la Francophonie et l'ONU'' dit Mam
par Visiteur le 14 mars 2011
Puisse Dieu maudire ce salaud de diouf qui pendant 20 ans de pouvoir n’a rien foutu au Sénégal dans les années 90 pendant les présidentiel A fait tuer le président de la Cour Constitutionel Maitre Seye avant la publication des résultat qui lui était défavorable donc cest vraiment très marrent de voir ce dernier tenir de tel propos a l’encontre du DIGNE FILS D’AFRIQUE Le Seul est Unique President de la république De Cote D’ivoire Son EXELLENCE LAURENT KOUDOU GBAGBO que Dieu le benisse et le protège contre ces Suppots de l’Occident ça prouve vraiment qu’il n’ont jamais œuvrer pour leurs peuples ces soit disants justicier.Chers frères et soeurs africains le temps de l’impérialisme est termines.
C’EST LA FIN POUR DICTATEUR WADE TRES BIENTOT AU SENEGAL IL Y AURA UNE TRES GRANDE MARCHE DE LA REVOLUTION SENEGALAISE LE 19 MARS AU SENEGAL.
QU’ALLAH BENISSE LA COTE D’IVOIRE ET TOUTE L’AFRIQUE

Mohamed Sénégalais



[ Répondre à ce message ]


Re: Crise ivoirienne :''J'accuse Gérard Latortue, la Francophonie et l'ONU'' dit Mam
par Visiteur le 14 mars 2011
D’où sort-il encore celui ci, encore je ne comprends pas pourquoi ce tintamare autour d’une personne d’origine étrangère, naturalisée de surcroit doit être le président des ivoiriens à tout prix alors que dans son pays d’origine il s’y trouve un assassin président à vie sans opposition, laissez la côte d’ivoire aux vraix ivoiriens.
La francophonie n’est pas au dessus des institutions ivoiriennes, même l’UA le sait qu’elle demande à ADO d’être reconnu par la cour constitutionnelle de son pays d’accueil, il n’est pas le président des ivoiriens parce qu’il n’a pas les attributs des armoiries de la republique de la côte d’ivoire, même les rois et chefs coutumiers l’ont vomi c’est un imposteur. Un assassin, un affameur des ivoiriens, la perte du pouvoir a renforcé votre esclavage mentalement et spirituellement,vous êtes tombé plus bas que terre.

NINA



[ Répondre à ce message ]


Re: Crise ivoirienne :''J'accuse Gérard Latortue, la Francophonie et l'ONU'' dit Mam
par Visiteur le 14 mars 2011
Mr ABDOU Diof honte à vous.Vous faites partis de ses vassaux qui baissent le pantalon lorsque les hommes politiques français demandent de le faire, vous êtes une marionnette, un petit perroquet sans envergure et vous resterez toute votre vie, un sous-filfre au service de la France.
Pourquoi n’allez-vous pas en personne aux Nations-Unis demander qu’on enlève de force le président élu, et reconnu par la nation entière ivoirienne L.Gbagbo? Il y aura quelques pecquenauds qui viendront dire ici que c’est le rebelle Ouattara qui a été reconnu comme président par la communauté international.Eh bien, je leur répondrais qu’il aille prendre son poste dans cette dite communauté internationale.
Abdou Diof(pas de Monsieur maintenant), vous aurez dû la fermer et pout toujours, car vous ne vallez pas tripette.Qui êtes-vous? Un simple faire valoir.
Rompez!!!!

lenkamois



[ Répondre à ce message ]


©2005 - Mouvement pour une Nouvelle Humanité   Accueil Politique Société Cultures Spiritualité Statuts Charte Internet
Les documents publiés sur ce site sont soumis aux droits d'auteur. Leur utilisation sans l'accord des auteurs est interdite.
MNH - Siège social : 26 allée Georges Récipon 75019 Paris, France
Tél : +33 (0) 6 13 18 64 86



Site motorisé par PHP-Nuke.