Procès FINKIELKRAUT - Audience du 07 novembre 2006
Date: 15 novembre 2006
Rubrique: Actions judiciaires


 COMPTE-RENDU DU PROCES ALAIN FINKIELKRAUT

Le 7 novembre 2006 au TGI de Paris, Alain Finkielkraut était renvoyé en correctionnelle face à la 17e chambre pour propos et écrits racistes sur citation directe.

Le COFFAD et le MNH, parties civiles, étaient représentés par cinq brillants avocates et avocats (2 femmes + 3 hommes) dont Maître Philippe Missamou coordonnateur principal.



COMPTE-RENDU DU PROCES ALAIN FINKIELKRAUT


Le 7 novembre 2006 au TGI de Paris, Alain Finkielkraut était renvoyé en correctionnelle face à la 17e chambre pour propos et écrits racistes sur citation directe.

Le 7 novembre 2006 au TGI de Paris, Alain Finkielkraut était renvoyé en correctionnelle face à la 17e chambre pour propos et écrits racistes sur citation directe.

Le COFFAD et le MNH, parties civiles, étaient représentés par cinq brillants avocates et avocats (2 femmes + 3 hommes) dont Maître Philippe Missamou coordonnateur principal.


Pour la deuxième fois tout le monde a pu constater l'arrogance et le mépris du philosophe négrophobe et arabophobe vis-à-vis de l'institution judiciaire et surtout vis-à-vis des victimes noires : il ne s'est pas présenté !


Voici l'attitude inadmissible d'un individu phare, enseignant, chargé d’une émission hebdomadaire sur France culture, idole de la presse israélienne et des médias français ; ce qu’il prétend enseigner aux autres, c’est à stigmatiser la jeunesse française noire ou arabe ; il aggrave les problèmes sociaux en les racialisant et insulte publiquement les Noirs.


Ses avocats, conduits par Maître Zaoui, ont tenté de justifier cette absence en indiquant qu'ils provoquaient un incident de séance par la présentation d'une exception d'irrecevabilité de la plainte déposée par le COFFAD. Leur explication rocambolesque : les statuts du COFFAD, principalement l'objet de l'association, ne seraient pas conformes à la loi leur permettant d'ester en justice pour racisme.


Nous avons assisté alors à un numéro "de cirque". En effet Maïtre Zaoui, s'est lancé dans une accusation grossière, affirmant la main sur le coeur que le COFFAD avait trafiqué ses statuts et abusé le tribunal et le peuple français... Rien que ça !


Le professeur Assani Fassassi, Président du COFFAD a expliqué pourquoi les statuts de son association étaient réglementaires, et comment ils avaient été déposés dans les délais ; il a aussi fourni les références et des détails sur le déroulement des opérations lors de l'enregistrement en préfecture.


Puis Maître Missamou est passé à la contre-attaque : son intervention a été claire, ferme et tonitruante lorsqu'il a dénoncé la machination orchestrée par la défense. Il a apporté des preuves déterminantes. Il a ainsi démontré que les documents présentés par la défense n'étaient pas les bons puisqu'ils ne présentaient aucune trace d'enregistrement officiel de la préfecture. Immédiatement il s'est interrogé puis a interrogé le tribunal sur ce fait bizarre et très inquiétant. Ensuite il a produit le document officiel d'enregistrement en préfecture du COFFAD, celui-là muni des sceaux officiels de l'Etat français et du n° d'enregistrement du J.O...


Le comportement des avocats de la défense est très grave puisqu'il apparaît clairement au cours de cette audience que des documents sans valeur officielle, ont été invoqués dont le seul but était de ne pas répondre aux accusations très graves de racisme anti-noir à l'encontre du Philosophe-Phare de la communauté juive, et permettre ainsi une diversion en formulant des accusations calomnieuses de faux et usage de faux et d'escroquerie au jugement contre Maître Missamou et les parties civiles.


Décidément, ces gens qui se croient au-dessus des lois sont prêts à tout pour ne pas avoir à répondre de leurs actes et propos hautement condamnables par les lois françaises ; ils bafouent l’instrument du respect des lois que doit être l'institution judiciaire.


Le jugement est mis en délibéré au 12 décembre 2006 et fera l'objet de deux parties :

1) la demande d'irrecevabilité de la plainte (forme) 2) La décision de juger ou pas sur le fond de l'affaire


Dès maintenant nous appelons l'ensemble des parties concernées par les propos et écrits négrophobes tenus par Alain Finkielkraut et diffusés par la radio communautariste juive radio RCJ à se mobiliser en diffusant massivement cette information et à se préparer à venir nombreux et nombreuses le 12 décembre à 13 heures à la 17e chambre correctionnelle du TGI de Paris.


La forfanterie, les trucages, les magouilles, les faux et usage de faux ne sont pas acceptables , encore moins sur des sujets aussi sérieux que le racisme ! Cette attitude venant de ceux qui accusent à tort et à travers d'anti-sémitisme toute personne qui critique la politique ethniciste et génocidaire de l' Etat d'israël ne peut plus être tolérée dans ce pays où il n'y a pas de Peuple Elu, mais des citoyens égaux les uns par rapport aux autres en droits et en devoirs !








Cet article provient de M.N.H
http://www.association-mnh.com

L'URL de cet article est:
http://www.association-mnh.com/modules.php?name=News&file=article&sid=91